Fabio Carneiro, grafiteiro de Porto

Written by on 31 mai 2013

Fabio Carneiro, jeune graffeur de 24 ans s’impose comme un incontournable dans l’art de rue de Porto au Portugal. Plasticien avec une technique de peinture réaliste, ce jeune grafiteiro nous ouvre les portes de son imaginaire. Fabio Carneiro, grafiteiro de Porto

Qu’est-ce qui t’as poussé à faire du graffiti ?
Il est certain que j’ai été influencé par ceux qui ont pratiqué l’art du graffiti depuis plus longtemps que moi. J’ai eu mon premier contact avec les sprays à l’école où j’ai rencontré un garçon qui faisait déjà des lettrages. De mon point de vue, je n’aime pas dire depuis combien d’années je suis un artiste parce que ce n’est pas fondamental. Pour moi, le plus important c’est l’amour et le dévouement à l’art.

As-tu grandi dans ce milieu ?
J’ai grandi dans le milieu du graffiti durant 8 premières années et depuis j’ai suivi les travaux de mes collègues et maintenu le contact avec la culture du graffiti. Fabio Carneiro, grafiteiro de Porto

Y a-t-il des graffeurs qui t’ont influencé dans ton travail ?
Il y en a certains qui m’ont suffisamment motivé, mais je préfère ne pas citer de noms.

Fabio Carneiro - RapporteuzParticipes-tu à des événements sur le street art ?
Je suis parfois invité à de nombreux événements et souvent j’y participe de moi-même. J’ai été au UpFest 2011 à Bristol au Royaume-Uni et à Walk & TalkAzores 2011 dans les Açores. Fabio Carneiro, grafiteiro de Porto

Penses-tu que le graffiti est du vandalisme ?
Pour moi, il y a le graffiti « décor » et le graffiti « sale ». A Porto, il y a de plus en plus de vandalisme. Les artistes essayent de légaliser des murs avec le consentement de la municipalité de Porto mais nous savons qu’à chaque fois il est de plus en plus difficile de parvenir à un consensus entre les deux parties. Les habitants de Porto avaient un point de vue très fermé sur le street art et il a été en constante évolution. Tout cela parce que les routes, les monuments historiques, les façades, les voitures, les trains et les maisons sont plus sales qu’il y a 20 ans.

L’opinion socioculturel de la société portugaise tient une place importante sur ce qui est du vandalisme ou non et à mon avis je pense que la ville de Porto n’a pas le feu vert pour étendre notre travail et montrer aux gens combien il est merveilleux d’avoir une galerie d’art à ciel ouvert et à moindre coût.

Penses-tu que le graffiti doit avoir sa place dans les musées ?
Parfaitement. Maintenant, les graffitis ont surgi dans les galeries et les musées. Cela se voit dans la projection d’Alexandre Farto qui a eu lieu au cours des dernières années. Tous les artistes devraient avoir la même chance que lui.

Fabio Carneiro Rapporteuz Considères-tu le graffiti comme un art à part entière comme la peinture et la sculpture ?
Le graffiti,la peinture et la sculpture sont trois domaines totalement différents, mais deux utilisent la même approche qui est le dessin. En ce qui concerne le graffiti dans l’exécution d’une tâche, on peut dire que c’est plus rapide car on peut obtenir un meilleur dégradé de couleurs, de luminosité et d’ombre. Le temps de séchage est plus efficace qu’une peinture à l’huile. Lorsque j’effectue une pièce, le temps de séchage de l’huile est assez long, environ 1 mois. L’exigence de détail est beaucoup plus élevé quand la peinture se fait couche par couche car le temps de séchage est d’environ 3 mois avant d’être verni.

Est-ce que tu préfères travailler seul ou en groupe avec d’autres graffeurs ?
En ce moment je travaille seul. Au fil du temps et jusqu’à aujourd’hui, j’ai travaillé avec d’autres personnes qui me proposent des opportunités de luxe. En général, je laisse les événements venir à moi et les choses se passent naturellement.

Fabio Carneiro RapporteuzÉcoutes-tu du hip-hop ?
J’écoute du hip-hop principalement quand je peins, elle me donne une vision d’ensemble. C’est une musique qui m’inspire et je ne peux pas travailler sans écouter mes sons.

Sur quels projets travailles-tu actuellement ?
J’ai des projets en cours… Pour l’instant j’ai pleins de projet secrets et je n’en parlerai qu’une fois avoir eu le feu vert. Je suis actuellement en partenariat avec Malabar qui est une société de design de luxe. Je peins des guitares portugaises qui sont exportés à l’étranger. Au fil du temps, quelque chose de nouveau va surgir et je vais travailler dans le domaine dont j’ai toujours rêvé.

J’apprécie le fait que j’ai été sollicité pour cette interview et je suis très heureux pour l’occasion. Je vous souhaite bonne chance.

http://art-sessions.blogspot.com/

Fabio Carneiro, grafiteiro de Porto


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *