La femme dans le Hip-hop ?

Written by on 19 mai 2013

Les femmes dans le hip hop! Ça fait longtemps que je pense à faire un sujet là dessus. Je n’ai pas vraiment trouvé le temps de m’y consacrer, et puis un beau jour un truc m’a piqué; un post Facebook de Claire Freckles, une artiste strasbourgeoise du textile qui mélange influences Hip Hop : La femme est-elle l’avenir du Hip Hop ?

Première chose que je fais, « j’aime » son post. Bah oui la vidéo est très bien, les meufs assurent grave. J’aime. Et puis je commente : « ça mériterait une réflexion approfondie du sujet », s’en suivent différents commentaires des uns et des autres. Mais un qui me dérange un tout petit peu plus que les autres: « peut être… si elles arrêtent de singer les mecs et leurs attitudes de nazes, laissez le wesh wesh yo yo aux pseudos durs… ». Déjà, les wesh wesh et yo yo font partis de la culture Hip Hop. Et nous sommes encore aujourd’hui au temps, où on apprécie un artiste par son code vestimentaire, son style, plus que par son talent. C’est l’anti Susan Boyle effect.

 

Et voilà où en est resté la femme dans le hip hop pour le moment: L’apparence !

Prenons Nikki Minaj qui est bien plus un effet de mode, et une image qu’une vraie rappeuse de talent, après cela dépend des goûts mais on ne peut pas dire qu’elle est la reine en la matière. D’ailleurs, je vais peut être fâcher ma pote Mandy en parlant de Lil Kim, mais sans son style complètement fou. Sans son corps refait de A à Z en serait-elle arrivée là? Vous allez me donner le contre exemple de Missy. Mais n’a-t-elle pas perdu plusieurs kilos à un moment ? Vous auriez demandé à Fat Joe de perdre le même poids ? Non je ne pense pas. Sinon donner moi des noms de rappeuses vraiment connues qui assurent mis à part celle que j’ai cité ? Ok ok il y en a qui commence à percer comme Azealia Banks.

Le style ? Ça fait partie d’une des grandes questions qui se posent sur la place de la femme dans le Rap, d’ailleurs dans la vie en générale. Puisque dès qu’on met un short, un décolleté, des talons, on est presque une pute. Et si on met un baggy, des baskets, on est outsider! Donc on fait quoi ? On fait comme tout le monde on mélange les deux.

Là je vais parler de mon expérience personnelle dans la danse Hip-hop. D’abord il y a très peu de filles, même si ça a tendance à augmenter, qui osent se jeter dans le monde de la danse Hip-hop. Et quand c’est le cas les 3/4 font du dancehall, ou du LA Style ( ce que je respecte), mais aucune n’ose vraiment se frotter au break, au popping. Ça doit faire partie des deux styles les plus boycottés par les meufs dans la danse Hip-hop. Pourtant certaines se lancent comme Deydey (France) en popping, Sarah Bee (France) en break, mais aussi Marta et Niki en Hip Hop (Suède), ou Tayin and Tasha en House Dance (USA). Et quand c’est le cas, c’est très très beau.

.

Revenons à Claire dont je vous ai parlé au début de mon article. C’est ce que j’appelle une femme du Hip Hop. Un jour dans sa tête elle s’est dit qu’elle allait mélanger ses deux passions le Hip Hop et la mode, et elle a créé une marque Freckles Wear. J’ai envie de dire RESPECT! Je sais pas si elle se bat au quotidien dans ce monde Hip Hop… En tout cas elle avance très bien, et c’est un vrai plaisir de voir ça. Alors Claire ? Tu te bas toi?

La réponse de Claire :
« Merci Annabelle pour la question soulevée et pour la dédicace. C’est vrai que la place de la femme dans le milieu du Hip Hop est compliquée. Par exemple, les gens sont souvent étonnés quand ils apprennent que je suis la créatrice et l¹unique propriétaire de la marque Freckles Wear, ils pensent que c¹est mon mec qui est derrière le business et que moi je suis juste une vendeuse Intéressant non? Oui il faut se battre quand est une femme pour être acceptée et reconnue comme une actrice à part entière du game. Il faut lutter contre les clichés du Hip-hop en France, et contre les clichés de la femme dans le Hip-hop. Du coup on se bat 2 fois plus! Mais comme toi, j’ai de l’espoir et je pense que c’est nous qui construisons notre propre monde, donc à nous d’agir.

Merci pour cette réponse plus que cool. A vrai dire, la partie où tu n’es qu’un vendeuse dans ton propre business m’a fait sourire… Même si c’est désolant au fond! Cette conclusion est parfaite : « C’est nous qui construisons notre propre monde, donc à nous d’agir, et je crois que c’est ce qu’on fait » Sinon mon article soulève quelques débats… Donnez nous votre avis !!!


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Continue reading