Limsa Sème Ses Fleurs

Written by on 12 septembre 2015

Limsa, rappeur originaire du vibrant vivier d’artistes d’Aulnay, est en train de finaliser son prochain projet “Les Fleurs de Limsa”. Pour les impatients, il faudra attendre sa sortie prévue pour la fin octobre. En attendant, rencontre durant les balances juste avant son concert à L’Étage.

Tu as commencé le rap il y a une dizaine d’année et tu as fait une pause de 5-6 ans. En quoi cette pause t’as aidé à devenir un meilleur rapeur ?
Je ne sais pas si c’est la pause qui m’a aidé à devenir un meilleur rappeur ou si c’est entre guillemets, mon changement d’optique de la musique qui a opéré ce changement. C’était une prise de conscience. J’ai pris conscience que comme dans tout, il fallait travailler fort. Je demeure convaincu que le talent, même si c’est la grande part de réussite, il faut qu’il y ait du travail et de la prise de conscience. À moins d’un talent exceptionnel qui n’arrive que tous les 100 ans et je ne pense pas en faire parti.

.

A l’époque je n’était pas mauvais. Je savais plus au moins rimer, j’avais un peu de vocabulaire. J’avais entre guillemets des choses à dire, mais ce qui différencie le rap que je faisais quand j’avais 15 ans et le rap que je fais maintenant, c’est plus la forme. Je me prends plus la tête sur la forme. L’égo me pousse à être plus performant et être meilleur que les autres. L’envie de faire de la meilleure musique.

Il y a aussi l’optique. Avant je faisais du son pour faire des beaux couplets. A la base, je suis un frestyler et je rappais pour mes pots. J’essayais plus de les faire rigoler et de les choquer. Maintenant j’essaye de faire des morceaux construits et avoir une optique différente de la musique.

Limsa 2

Peut-on dire que c’était une période où tu t’es mis à l’écart pour parfaire ta technique ?
Non, même pas. Tout ça n’était pas calculé. J’ai arrêté le rap parce que j’avais autres choses à faire. Je me suis remis dans le rap parce que je trainais avec des mecs qui rappaient comme Georgio et Salim. Ils se sont rappelés que je rappais à l’ancienne et que je n’étais pas mauvais. Ils m’ont proposé de faire un p’tit son, par la suite 2-3 autres et la machine était relancée.

«Je ne serais jamais un prophète dans la mesure où je fais des choses qui ne sont pas conseillées, sans être un gangster ou un voyou. Je me permets seulement de donner mon avis sans être un moraliste.»

Peux-tu nous parler de ton futur projet «Les Fleurs De Limsa» ?
On est vraiment sur la fin. Il reste 2 feats à boucler. C’est un projet sur lequel j’ai passé énormément de temps. J’ai sorti un petit un Ep en attendant. Je suis quelqu’un qui n’a pas un regard très fier sur sa musique. Je ne m’écoute pas. J’ai un regard très critique sur ce que je fais. Et je veux vraiment sortir «Les Fleurs», qui est mon premier gros projet, comme étant satisfait et là je commence à l’être. Même si ça a prit 1 an et quelque, là je serai content. Après j’aurai les retours que je mérite.

Pages : 1 2 3 4


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Continue reading