Tito Prince sur les pas de King

Written by on 21 décembre 2016

Sorti en décembre, Tito Prince continue de défendre son projet : Toti Nation II. Musique, spiritualité et reconnaissance sont des thèmes et des valeurs qui lui sont chers. Discussion intéressante avec un prince qui aspire à influencer comme King. 

Toti Nation II, c’est dans la ligné du premier ?
Oui c’est tout à fait ça. C’est la continuité du discours que j’ai dans Toti Nation avec une évolution soit dans les instrus ou dans les textes. C’est important pour moi d’emmener une évolution de projet en projet. Le message reste le même : un discours qui pousse les gens à reconnaitre leur identité, leur don et leur talent et à les exploiter pour apporter du bien autour d’eux.

Tu te considères comme un rappeur conscient ou militant ?
Je me considère comme un rappeur tout simplement. On peut m’appeler rappeur conscient mais les rappeurs conscients sont catalogués comme un mec qui fait la morale alors que je ne suis pas ça. On peut aussi m’appeler militant parce que je milite par mon discours contre des conditions ou les situations dans lesquelles je n’aimerais pas être et où je n’aimerais pas que les autres se retrouvent. Au final, c’est juste la définition d’un rappeur. Un rappeur est quelqu’un d’anticonformiste.

« Rosa s’est assise, Martin a marché et s’est à nous de s’envoler »

La cover rappelle la période des mouvements Black des années 60 aux USA. C’est l’image que tu veux donner ?
En fait, ce qui m’inspire dans le mouvement Black est la démarche de Martin Luther King avec une démarche passive pour que les gens sortent de l’oppression dans laquelle ils étaient. Pas que je suis un pro Black Power ou quoi que ce soit, c’est plus Toti Nation 2 - raptz.comla personne à l’intérieur que j’essaye d’atteindre et non par rapport à sa couleur de peau. Aujourd’hui, il y a encore de l’oppression et c’est ce que j’essaye de partager dans ma musique.

La manière dont ils ont fait le mouvement Black dans les années 60 m’a beaucoup intéressée parce qu’ils n’ont pas pensé qu’à eux. Des gens comme Martin Luther et Rosa Park. Ils auraient pu se dire « je mène ma petite vie, je vais au travaille, je nourri ma femme et mes enfants… » mais ils ont vu plus loin. Ils ont pensé aux générations futures. Leur influence est toujours présente aujourd’hui. Par exemple, maintenant il y a la gare Rosa Park. Elle ne pensait pas que juste en s’asseyant devant dans le bus, qu’il se passerait autant d’événements. Ou que Martin Luther King irait se mettre en avant de la scène dans la société. C’est ce qu’on essaye de faire maintenant. Rosa s’est assise, Martin a marché et s’est à nous de s’envoler. Ils sont devenus des repères pour notre génération.

La reconnaissance est un thème qui revient souvent dans tes textes.
C’est très important pour moi, c’est un signe de réussite. C’est la meilleure façon pour moi de faire du bien autour de moi. Faire du bien veut également dire être reconnaissant envers ceux qui ont fait le sacrifice de quitter leur pays d’origine pour que leurs enfants aient une vie meilleure. Le sacrifice qu’ils ont fait pour eux.

La reconnaissance se fait à plusieurs niveaux. Par exemple, quand je parle de repères, on retrouve ça aussi dans la musique. Des gars comme Youssoupha, Disiz, Ol Kainry et Mafia K’1 Fry sont pour moi des repères. Ils te font gagner du temps, ils sont passés par des endroits qui te facilitent la tâche aujourd’hui. Il faut être reconnaissant de ce qu’ils ont fait avant toi. Lorsqu’ils te donnent des conseils, qu’ils te valident dans un domaine et de revenir avec la réussite, c’est la continuité de leur réussite. C’est pour ça que je dis aux jeunes de mon âge et les plus jeunes d’être reconnaissants envers leurs « Pères ».

Chaque feat que j’ai fait avec ces gars là est arrivé à un  moment important dans ma vie. Ol’Kainri était le premier à m’accorder un featuring. Sur 6 albums, j’ai posé sur 4 de ces albums. C’est vraiment le premier à m’avoir lancé dans l’industrie en terme de feat bien-sûr. Manu Key de la Mafia K’1 Fry m’a soutenu. Disiz m’a amené à me professionnaliser, à gérer business et famille. On a tous les deux des familles nombreuses, il m’a appris à gérer les 2. Tant qu’à Soprano, il m’a apporté de l’expérience et de l’humilité. Comment être humble quand tu commences à avoir de la visibilité ? Finalement Youssoupha, il m’a ouvert les portes de l’industrie. Aujourd’hui je suis plus exposé et il fait partie de cette exposition.

Es-tu en quête d’une forme de spiritualité ?
Je ne suis pas en quête, je l’ai cette spiritualité. Pour moi, Jésus. C’est le modèle parfait. Je vis avec tous les jours. On le ressent dans mes textes parce que c’est tout simplement moi. C’est très dominant en moi, on est obligé de l’entendre dans ma musique.

Mais il a un peu mal fini non ? Il a fini sur une croix…
Justement, c’est là que c’est le modèle parfait. La croix s’était l’étape pour être couronné. Il te parle en ce moment (rire).

Info croustillantes ?
Il y a un vrai pasteur sur ce projet. Les gens ne l’ont pas encore compris, mais c’est un pasteur qui a accepté de participer sur la track #6. Comme tout artiste, ce n’est pas facile de se faire valoir. Merci à tous ceux qui me soutiennent.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Continue reading

Next post

[T]Rome


Thumbnail

Radio RapTz

l'Aut'Radio !

Current track
TITLE
ARTIST